Les enseignements que WeeeFund a tiré de la crise du COVID-19

On a vécu des moments très forts en émotions ces dernières semaines et on a envie de partager ces moments et les enseignements qu’on en a tirés avec vous.

Il y a des newsletters où on vous raconte nos activités. Celle-ci est tout autre.

Cet article est volontairement long, alors installez vous confortablement avec une bonne infusion à l’hibiscus (ou autre…), mettez votre portable en silencieux pour 10 minutes de disponibilité, et embarquez avec nous pour quelques montagnes russes émotionnelles!

Notre réaction d'urgence face à la crise

Au début, le coronavirus, on prenait ça à la légère, puis en un WE, tout a basculé:
– Un discours du premier ministre le samedi 14 mars,
– Une annonce présidentielle annonçant le confinement dès le mardi suivant.
Dimanche 15 mars: Nous avons réagi très vite pour prendre des mesures exceptionnelles afin de protéger notre équipe des risques sanitaires liés au COVID-19.
Le lundi 16 mars: Chacun passe le matin au bureau récupérer son ordinateur et ses affaires pour commencer le télétravail. On enchaine directement sur l’estimation des conséquences économiques de cette crise sur notre activité.
Mardi 17 mars: on établit un plan d’action pour limiter la casse, que l’on peaufine chaque jour avec les infos de l’état. On prend notamment la décision de se mettre en activité partielle. C’est à partir de ce moment-là qu’on prend conscience qu’on navigue à vue. Et ce sentiment s’accroît un peu plus chaque jour…
Le 23 mars on communique sur le fait qu’on vend des ordinateurs portables pour permettre aux particuliers de faire du télétravail. Cela nous permet de maintenir un peu d’activité et de chiffre d’affaires.

Prise de conscience des besoins en ordinateurs portables

À partir du 23 mars, on reçoit de nombreux mails de différentes structures tous sensiblement identiques: « Nos bénéficiaires n’ont pas d’ordinateurs, et ne peuvent pas suivre l’école à distance. Pouvez-vous nous donner X ordinateurs portables? »

On commence à recenser les besoins. Puis on est contactés par le cabinet du Ministère des Solidarités et de la Santé. Ils ont recensé un besoin de 10 000 ordinateurs à l’échelle de la France pour toutes les structures de l’Aide Sociale à l’Enfance, et ont mis en place une plateforme qui nous permet de donner des ordinateurs aux structures bénéficiaires.
Ils se rendent compte qu’ils ne trouvent pas assez d’ordinateurs. Les entreprises n’ont pas d’ordinateurs prêts à donner, c’est pour cela que les reconditionneurs comme nous existent: pour récupérer et reconditionner les ordinateurs des entreprises et les donner ou les vendre aux structures bénéficiaires.

Le 27 mars, suite à un conseil de Philippe Hassel et Paul Tap, on envisage l’idée d’équiper gratuitement les familles qui n’ont pas d’ordinateurs et qui ont un enfant à l’école.

L'engouement pour le WeeeHome

On construit donc un programme que l’on nomme le WeeeHome.
Le principe est de donner gratuitement un ordinateur et une connexion internet aux familles qui n’en ont pas pour assurer l’école des enfants.

On échange avec la mairie de Villeurbanne. Le directeur de l’éducation pense qu’ils pourraient avoir besoin de 30 ordinateurs. 3 jours plus tard, il revient vers nous avec les résultats de leur enquête: sur une circonscription, ils ont besoin de 430 ordinateurs…
Les besoins sont énormes! Cela ne fait qu’accroitre notre motivation, nous avons 200 ordinateurs fixes en stock ; en réalisant les quelques collectes prévues et annulées suite au confinement, nous pourrions équiper ces familles.

Reste la question du financement: un ordinateur coute 350€, on prévoit des financeurs multiples:WeeeFund, collectivités, entreprises et particuliers. On prévoit de lancer une campagne de crowdfunding, de communiquer partout et de demander à tous nos partenaires de relayer l’info. On a même démarché nos partenaires actuels pour savoir s’ils seraient prêts à s’engager avec nous sur cette action.

La désillusion

Après une grosse journée de démarchage de partenaires, on appelle la mairie de Villeurbanne pour savoir où ils en sont. Ils ont fait le point avec les inspecteurs de l’éducation nationale et ont pris leur décision: Ils n’équiperont pas. C’est une action trop ambitieuse et trop complexe. La continuité pédagogique annoncée par le gouvernement est un doux rêve…

La remise en question

Quel aurait été le résultat de notre action? Notre campagne de crowdfunding aurait-elle permis de rassembler tous les fonds? Probablement pas…
Oui, nous voulons changer le monde, mais cette épreuve nous a appris qu’il faut commencer par accepter notre impuissance si l’on veut agir en pleine conscience pour faire bouger les lignes. Ces événements mettent en lumière l’écart entre nos ambitions et nos moyens, et nous essayons de faire de notre mieux, à la hauteur de nos moyens.

Les enseignements

Si plus de 77% des ménages français (hors Mayotte) sont équipés en numérique (ordinateurs ou tablettes), 29% des foyers les plus modestes ne sont pas équipés.

 

Ces chiffres ne font que mettre en lumière le fait que la fracture numérique tend à accroître les inégalités sociales. Au-delà de l’équipement, les compétences d’usage du numérique sont corrélées avec le niveau d’étude, et donc bien souvent de revenus. Selon l’INSEE, les ouvriers ont en moyenne moins de compétences basiques en logiciels que la moyenne, alors que les cadres et professions libérales ont bien souvent des compétences supérieures à la moyenne. Or une partie de l’autonomisation numérique des élèves est liée à celle des parents, et notamment en fonction de la capacité de ces derniers à les accompagner dans la prise en main de l’ordinateur, installer des logiciels, résoudre des problèmes mineurs ou identifier un problème pour faire appel à une assistance extérieure.

Quelles sont les familles qui, aujourd’hui, n’ont pas d’ordinateurs, ou pas les compétences pour accompagner leur enfant dans l’usage du numérique? Principalement des familles vivant en QPV (Quartiers Prioritaires de la politique de la Ville), dont les enfants sont en école REP ou REP+. Leurs enfants ne pourront pour la plupart pas suivre les cours pendant toute la durée du confinement.
Certains enfants sont en outre dans des situations complexes et se retrouvent très isolés par la crise. C’est notamment le cas des mineurs suivis par l’Aide Sociale à l’Enfance, dont certains sont placés en famille d’accueil ou émancipés (il existe de belles initiatives telle que l’initiative DOPNE initiée par le ministère des solidarité et de la santé qui a pour objectif d’équiper ces 10 000 jeunes en urgence).

Notre posture

Notre mission est de lutter contre la fracture numérique et de réduire le gaspillage électronique, et cela ne changera pas demain.
Nous avons toujours eu comme principe de ne pas donner un ordinateur sans accompagner nos bénéficiaires. Nos actions s’inscrivent dans la durabilité afin d’amener nos bénéficiaires vers une réelle autonomie numérique, et nous allons continuer ainsi.
Nous ne pouvons pas rassembler suffisament de matériel et réaliser une campagne de don dans un temps record actuellement. Nous ne lancerons donc pas d’énorme campagne de crowdfunding pour financer un gigantesque WeeeHome :

Notre prochaine action d'ampleur

 Notre prochaine action d’ampleur pour répondre à la crise, ce sera bien le WeeeJob. Et cela fait maintenant plus d’un an que nous travaillons dessus avec nos 5 partenaires: REN, Alynéa, Safore, Fréquence Ecoles et .

C’est une action destinée à accompagner les demandeurs d’emploi en situation de fracture numérique vers l’emploi et l’autonomie au numérique via 3 leviers: 60h de formation au numérique sur 3 mois, 1 don d’un ordinateur portable, et 1 don d’un ticket de maintenance valable 3 ans.

Nous voulons déployer cette action pour 120 bénéficiaires sur le département du Rhône et nous finissons les dernières demande de financement. Nous avons déjà obtenu les premiers accords de principe de financeurs.

Et concernant le WeeeHome?

Nous traiterons les demandes des structures qui nous font part de leur besoin au cas par cas, en voyant avec elles ce qui est le plus adapté à leur situation: un prêt d’ordinateur, une location, un achat, un don …

On reste en veille de mener des actions pour répondre aux besoins actuels. Mais pour cela on a besoin de votre mobilisation:

Nous manquons d’ordinateurs portables.

Pour notre grosse action WeeeJob qui aura lieu à la rentrée, nous avons déjà besoin de 120 ordinateurs portables que nous ne possédons pas pour le moment.

Donc pour ce programme ou une potentielle action pendant le confinement, nous manquons de stock.

Alors nous comptons sur vous pour faire passer le message, le formulaire se trouve ici :

Nous ne prenons pas les dons des particuliers, uniquement des entreprises ou associations.

Et pour le reste du confinement

Nous allons profiter de cette période de confinement pour améliorer nos process, nos modalités de prise de décisions, nos outils de communications, nos outils internes, renforcer nos liens et nos forces afin de mieux préparer la reprise.

Parce que pour traverser cette période de crise nous avons eu le soutien, les conseils, le partage d’expérience de nombreuses personnes, une fois de plus, voici un petit tour de remerciements ! 🙏

Merci à :
L’ensemble des membres du bureau pour leur réactivité, leur disponibilité et leurs conseils.
Paul Tap et Philippe Hassel pour leurs retours bienveillants et leurs conseils avisés.
Nos proches, qui nous soutiennent dans ces moments difficiles.
Nos structures d’accompagnements: Beelys, La Fondation Emergence, le Mouves, La ligue de l’enseignement pour leurs visios, leur help room, leur documentation …

Malgré  le confinement, chez WeeeFund, tout le monde garde sa bonne humeur 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *